Dès les premières heures après sa venue au monde, bébé a besoin de se nourrir pour assurer sa survie. Le premier aliment complet qui lui est naturellement destiné est le lait maternel. Selon les recommandations de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), l’allaitement maternel est crucial pour la nutrition, la santé et le bien-être de l’enfant tout au long de sa vie. En plus d’être économique, il protège les enfants des infections et crée un véritable lien mère-enfant. Cependant, pour des raisons médicales, professionnelles ou pour toute autre raison (succion difficile pour le bébé, les prématurés en particulier, l’allaitement douloureux pour la mère, insuffisance de lait…), l’on peut avoir recours au lait infantile (pour un allaitement mixte ou exclusif).

Toutefois, tous les laits ne sont pas destinés aux bébés. Hormis les laits infantiles (dits maternisés), il est déconseillé (sauf avis médical) d’en donner à bébé, particulièrement le lait de vache.

Selon les dernières recommandations, le lait de vache (entier, demi-écrémé, écrémé.) est à éviter avant l’âge minimum de 1an.. Vous nous poserez sans doute la question ” mais pourquoi donc, puisqu’il est riche en protéines et en calcium et sert même à la fabrication du lait infantile ?”. La réponse est toute simple : le lait de vache contient trop de protéines et n’est pas assez complet pour répondre aux besoins nutritionnels de bébé. Il subit alors une transformation qui le rapproche le possible du lait maternel d’où le terme “maternisé”. À l’origine, le lait de vache est constitué afin de répondre aux besoins du veau qui lui, a besoin de constituer sa masse musculaire et grandir plus vite. Il est donc très pauvre en minéraux comme le fer, le cuivre, le manganèse, en vitamine A, B, D, E et d’autres nutriments présents dans le lait maternel. Cet excès de protéine peut entraîner une surcharge au niveau des reins, une déshydratation et des troubles digestifs. Hélas, bien que nécessaire, le bébé n’a pas besoin d’autant de protéine, mais, de vitamines et d’acides gras pour mener son cerveau, certains organes et son système nerveux à maturation.

Le lait de vache est alors modifié et enrichi pour convenir au bébé de moins d’un an et il s’agit du lait premier âge, deuxième âge, lait de croissance ou toute autre préparation destinée aux bébés. Ils répondent efficacement aux besoins croissants de bébé, car ils contiennent moins de protéines, moins de sel, plus de Fer, plus d’acides gras et de vitamines et permet le développement progressif du bébé.

Alors, pour mieux contrôler sa croissance pour mieux contrôler sa croissance et éviter certaines carences, en dehors du lait maternel, il n’y a qu’à partir de 1 an, lorsque bébé est bien diversifié que vous pourrez introduire le lait de vache en quantité modérée dans son alimentation à défaut du lait de croissance Alors, pour mieux contrôler sa croissance pour mieux contrôler sa croissance et éviter certaines carences, en dehors du lait maternel, il n’y a qu’à partir de 1 an, lorsque bébé est bien diversifié que vous pourrez introduire le lait de vache en quantité modérée dans son alimentation à défaut du lait de croissance (aussi appelé lait 3e âge, donné à bébé à partir de 1 an jusqu’à environ 3 ans).. Voilà mamans, désormais vous savez tout. À bientôt pour de nouveaux sujets autour de la nutrition et du bien-être de nos boud’chous.

(Visited 506 times, 1 visits today)